CHU de Clermont-Ferrand

Région :

AUVERGNE RHONE-ALPES

Ville :

CLERMONT-FERRAND
Junior référent : Cécile GOSSET
Email : cgosset@chu-clermontferrand.fr
Junior référent :
Email :
Sénior référent : Claire DUPUIS
Email : cdupuis1@chu-clermontferrand.fr
Sénior référent : Laure CALVET
Email : lcalvet@chu-clermontferrand.fr
Coordonnateur du D.E.S. : Bertrand SOUWEINE
Email : bsouweine@chu-clermontferrand.fr
LE SERVICE DU CHU

Le CHU de Clermont se situe au sein d’une agglomération de 470 000 habitants. Il représente la principale composante de l’Université Clermont Auvergne regroupant 35 000 étudiants, récemment lauréate d’un projet I-Site (CAP 20-25) d’un financement de 330 millions d’euros au cours des 10 prochaines années.

Le CHU est bien entendu un acteur important de ce projet à travers la thématique nutrition et muscle. Le CHU de Clermont comprend 2 sites hospitaliers principaux totalisant 1900 lits d’hospitalisation permettant d’assurer des soins de haut niveau dans toutes les spécialités médicales et chirurgicales.

Le service de Médecine Intensive et Réanimation, situé sur le principal site hospitalier du CHU regroupe :

  • une unité de 10 lits de réanimation médicale polyvalente accueillant 550 patients par an,
  • une unité de 8 lits de soins intensifs à orientation néphrologique et pneumologique accueillant 480 patients par an, dont 2 lits sont dédiés aux hémodialyses intermittentes des dialysés chroniques instables hospitalisés au CHU (1300 séances par an) et aux plasmaphérèses adultes (150-200 séances par an),
  • et une unité de surveillance continue de quatre lits qui accueille principalement des insuffisances respiratoires chroniques décompensées et de l’infectiologie.

L’équipe médicale est composée de 1 PUPH MIR (Pr. B Souweine), 1 CCU-AH, 3.5 PH titulaire, 4 PH contractuels, 2 assistants. 10 internes et 4 étudiants de DFASM, 1 à 3 sont présents dans le service.

La garde de séniors de réanimation est doublée d’une garde formatrice d’internes. Le service s’attache à respecter le temps de travail des internes dont leur temps universitaire.

Les patients admis dans le service proviennent du service des urgences médicales (> 2/3) et des services de médecine (principalement néphrologie et pneumologie mais également cardiologie, médecine interne, infectiologie, hématologie, gastro-entérologie, neurologie et rhumatologie).

Le service MIR a certaines spécificités au sein du CHU. Tout d’abord, il a une compétence reconnue en infectiologie et en nutrition, il participe à la gestion du centre de compétence régional pour les micro-angiopathies thrombotiques. Il représente le service d’accueil des formes sévères d’amylose à la demande du centre compétence régionale sur les amyloses et son activité de quasi-monopole des plasmaphérèses chez l’adulte lui assure le recrutement des MAT et des vascularites en insuffisance rénale avancée ou compliquée d’hémorragies intra-alvéolaire.

LES SERVICES DE PÉRIPHÉRIE

À quelques mètres du CHU, le centre Jean Perrin (centre de lutte contre le cancer) dispose d’un service de 10 lits de réanimation et 5 lits de surveillance continue, universitaire MIR. L’équipe médicale est composée de 1 PUPH MIR (Pr A Lautrette), 8 PH et 2 assistants de formation anesthésie-réanimation qui assurent aussi l’activité d’anesthésie du centre. Ce service, pouvant prendre en charge l’ensemble des défaillances d’organes, accueillent des patients admis pour tous types de pathologies médicales ou chirurgicales, et dont la moitié est atteint d’un cancer.

Par ailleurs, il y a 5 centres hospitaliers rattachés au CHU de Clermont (Puy de Dôme) :

  • MONTLUÇON
  • MOULINS
  • VICHY (dans l’Allier)
  • LE PUY-EN-VELAY (dans la Haute-Loire)
  • AURILLAC (dans le Cantal).

Chacun de ces 5 CH a un plateau technique très complet et dispose des principales spécialités médicales et chirurgicales avec notamment un service de réanimation. Tous ces services ont à leur disposition toutes les techniques de suppléances d’organes qu’ils maitrisent parfaitement. Une équipe de PH composée de réanimateurs médicaux et d’anesthésistes–réanimateurs assure la prise en charge des patients.

Ces équipes peuvent accueillir des internes pour des stages de formation avec une bonne qualité d’apprentissage permettant une autonomisation de l’interne mais toujours sécurisée. Les réanimations de Vichy, du Puy en Velay et de Moulins sont validantes MIR

Ces équipes ont un nombre suffisant de PH pour permettre une pratique de la réanimation dans de bonnes conditions et assurer un rythme de travail pour obtenir une très bonne qualité de vie. Le remplacement des médecins en fin de carrière professionnelle et la possibilité de recrutement de médecins supplémentaires offrent des perspectives intéressantes de titularisation comme PH dans ces équipes conviviales et dans des villes souvent méconnues mais très attractives en termes de qualité de vie.

Le service reçoit aussi les transplantés rénaux en post-opératoire et a une expertise néphrologique (le service est issu historiquement du service de néphrologie). Il dispose notamment de 7 générateurs de dialyse,

3 d’hémofiltration, 2 d’échanges plasmatiques, d’une double filtration plasmapherèse de 2 fibroscopes bronchiques, 3 échographes dont un avec sonde d’ETO.

Enfin, les recherches cliniques et translationnelles ont une large place dans le service : 3,3 équivalents temps plein sont affectés à cette activité et contribuent à la participation à de nombreux protocoles. L’affiliation des universitaires à l’équipe CNRS du Laboratoire Microorganismes, Génome et Environnement permet le développement d’une recherche translationnelle et expérimentale avec pour sujet principal l’étude des infections sur matériel invasif (possibilité de Master 1, Master 2 et thèse de science).

Le mot des séniors

L’internat est une période cruciale de votre formation même si elle arrive après l’un des concours les plus importants de votre vie professionnelle. Nous souhaitons vous accompagner sereinement, efficacement et intelligemment durant cette période. Si le DES MIR est né en novembre 2017, succédant au DESC de Réanimation médicale, la spécialité réanimation est bien établie depuis plusieurs décennies avec une société savante (la SRLF), une reconnaissance universitaire (CNU 4802) comme les autres disciplines, un Collège National d’enseignants (CeMIR) qui coordonne formation et enseignement, et un congrès national qui se déroule chaque année en juin à Paris accueillant plus de 3 000 participants et des experts internationaux.

L’enseignement de la discipline MIR, basée sur l’apprentissage théorique, pratique et la simulation, est décliné sur 3 échelons : national, régional et local. Il s’appuie sur des ressources pédagogiques nationales importantes et une coordination interrégionale étroite (Occitanie, Méditerranée et AuRA totalisant 17 PUPH et 2 MCU-PH). La qualité de la recherche réalisée dans les services MIR est reconnue internationalement et permet à la réanimation française de se situer parmi les leaders mondiaux de la spécialité. La principale originalité de la spécialité MIR est la diversité des pathologies que vous allez prendre en charge, le lien étroit entre la physiopathologie, le diagnostic, le traitement étio-pathogénique et les suppléances d’organes et enfin ces services MIR ont une articulation étroite avec les services de médecine comme en témoignent les semestres obligatoires de stage d’internes en MIR exigés dans de nombreuses maquettes. La médecine intensive et réanimation pourrait se décrire comme la médecine générale du patient en état critique. Quatre semestres de médecine en phase d’approfondissement dans notre maquette vous permettent d’acquérir une solide formation médicale.

Elle est la seule discipline qui vous assure un exercice en réanimation sans crainte de devoir travailler en bloc opératoire en cas de pénurie de personnel médical dans les blocs. Enfin, les conditions de travail ont beaucoup changé ces dernières années. Le travail en équipe et l’adaptation du rythme de travail avec l’application obli- gatoire des périodes de repos, permettent à tous les réanimateurs d’avoir une vie professionnelle riche mais aussi une vie familiale de qualité.

En conclusion la discipline MIR offre la possibilité de s’épanouir dans les domaines professionnels et personnels. Notre premier objectif sera de vous accompagner pour réaliser ces projets.

Pr. SOUWEINE

Le mot des juniors

Le service de Médecine Intensive et Réanimation du CHU de Clermont-Ferrand a une orientation néphro-pneumo-infectiologique. Un interne prend en charge 3 patients en binôme avec un sénior. Un staff ou une visite a lieu le matin pour couvrir la transmission et un staff a lieu 2 fois par semaine de 12 h à 13 h 30 pour revoir l’ensemble des dossiers. Un staff bactério a lieu tous les jours de 14h à 14h20. Une biblio- graphie a lieu tous les vendredis. Vous resterez plusieurs semaines d’affilée dans le même secteur pour connaitre en profondeur vos patients et pour mieux apprendre au contact d’un même sénior. Vous apprendrez une prise en charge intensive globale et longitudinale du patient et serez en contact quotidien avec les autres spécialités médicales (néphrologie, pneumologie, maladie infectieuse, nutrition, cardiologie, médecine interne, neurologie, oncologie, radiologie…). Vous recevrez une formation théorique quotidienne les premières semaines du stage puis hebdomadaire en alternance avec des séances de bibliographie. Vous participerez à l’activité de recherche clinique du service qui est impliqué dans plusieurs protocoles industriels ou académiques. L’ambiance du service est conviviale mais rigoureuse et tout au long du stage une attention sera portée sur votre vécu du stage de façon à ce que vous puissiez apprendre dans les meilleures conditions.

Sur Clermont-Ferrand existe un internat avec possibilité de logement. Le CHU est à « taille humaine », vous connaîtrez rapidement les médecins des autres spécialités. Il est à quelques minutes du centre-ville en tram et à peine à 30 min en voiture des plus proches volcans de la chaîne des Puy et des pistes de ski de SuperBesse. Clermont-Ferrand est une ville dynamique sur les plans culturels et sportifs. La ville est à 2 h de voiture de Lyon, 3h des Alpes, de Montpellier ou de Bordeaux. Paris est à 3 h de train.